Rencontre avec un auteur italien Emanuele Trevi à JJR

(actualisé le ) par Mme Plaze - ESABAC -

Le 10 avril dernier, les élèves de 2de et de 1ère Esabac du lycée Jean Jacques Rousseau de Sarcelles (Val d’Oise) ont eu l’occasion de rencontrer l’auteur Emanuele Trevi, Lauréat du Prix Marco Polo pour son dernier livre intitulé Le peuple de bois. Le Prix Marco Polo est attribué à un roman écrit ou traduit en langue française et il récompense un ouvrage célébrant la richesse des cultures. Cette année, il a été décerné pour la première fois à l’auteur et à sa traductrice, Marguerite Pozzoli, qui nous a fait l’honneur d’accompagner l’auteur.
Imaginez nos élèves, confortablement assis en arc de cercle au CDI , façon plateau télé, autour de l’auteur et de sa traductrice pour une série de questions-réponses. Nous ne nous sommes pas focalisés sur l’histoire du livre, un peu complexe pour nos élèves, mais sur le métier de l’écrivain, sur son parcours personnel.
Emanuele Trevi a évoqué le parcours d’un élève que rien ne prédestinait à l’écriture. Il a ensuite distingué son activité de journaliste de celle d’écrivain, qui n’ont rien à voir. Il a idolâtré la langue française et la culture française. Il a décrit les conditions idéales de l’écriture, selon lui, dans une solitude profonde, et le besoin qu’il avait, à l’université, d’écrire un journal intime. Il a insisté sur le rôle primordial de l’éducation et de l’école, seule institution qui garantit le principe d’égalité aux individus, et son regard en disait long !
Il répondait précisément et avec grand plaisir aux questions des élèves préparées lors d’un cours de découverte de l’écrivain, et les deux dernières réponses que nous retiendrons ne sont pas dénuées d’intérêt :
« Un écrivain ne dit jamais la vérité »
« Ecrire, c’est vouloir être aimé ».
Nous remercions aussi sa traductrice qui nous a expliqué comment se passait la collaboration entre un auteur et un traducteur, et à quel point il fallait aimer un livre pour pouvoir le traduire. Nous retiendrons que l’exercice de l’écriture, dans sa globalité, est une histoire d’amour !
Les élèves ont joué le jeu et se souviendront sans doute longtemps de cette rencontre exceptionnelle.
Magali Bellini Federica Blanc-Bradamante Camille Plaze

Mots-clés populaires